Niger : Résilience possible grâce aux systèmes d’alerte précoce et aux paiements d’assurance

Pas moins de 80 % des 2,4 millions d’habitants du Niger sont des petits exploitants pratiquant l’agriculture de subsistance, d’où la nécessité de réagir plus rapidement à la sécheresse grâce aux satellites et à une protection sociale adaptative.

La sécheresse n’est pas nouvelle au Niger ; en fait, le pays a connu régulièrement des sécheresses de grande ampleur au cours des deux dernières décennies, ce qui a entraîné des crises de sécurité alimentaire nationales.

“La sécheresse a également des conséquences négatives à long terme sur le bien-être des ménages et le capital humain”, rapporte la Banque mondiale, précisant qu’entre 2016 et 2018, 60 % des ménages vulnérables ont eu recours à des “méthodes d’adaptation négatives” telles que la déscolarisation de leurs enfants, la réduction du nombre de repas quotidiens et la vente d’actifs productifs. Heureusement, les efforts conjoints du gouvernement nigérien et de la communauté internationale sont généralement intervenus pour fournir une aide alimentaire, en particulier entre juin et septembre, lorsque l’insécurité alimentaire et les prix élevés ont tendance à atteindre leur apogée.

Une solution qui a été utilisée ici et dans d’autres régions du continent frappées par la sécheresse est l’indice de satisfaction des besoins en eau (WRSI), un modèle d’équilibre hydrique des cultures développé sous les auspices de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette approche technologique s’appuie sur le précédent système d’alerte précoce par satellite du gouvernement nigérien et utilise les données sur les précipitations et l’évapotranspiration pour générer un indice en corrélation avec les niveaux de rendement du millet. Cet indice devrait permettre d’accroître la résilience de plus de 100 000 personnes.

“Il existe un nombre croissant de preuves montrant qu’une réponse précoce à la sécheresse offrirait des avantages majeurs… Plus les ménages touchés par la sécheresse sont aidés tôt, moins ils auront à se tourner vers des stratégies d’adaptation négatives”, a poursuivi le rapport de la Banque mondiale, This, of bien sûr, signifie bénéficier d’allocations mensuelles prévisibles pour les ménages vulnérables afin qu’ils puissent «augmenter leurs actifs et leur épargne, ou investir dans des activités génératrices de revenus pendant la saison morte.

L’African Risk Capacity (ARC), une agence spécialisée de l’Union africaine, propose une assurance paramétrique aux gouvernements pour les aider dans leurs activités d’intervention en cas de sécheresse. L’organisation a pour mandat d’aider les pays africains à mieux se préparer à gérer les catastrophes d’origine climatique telles que la sécheresse, et à bénéficier d’une certaine protection contre les pertes financières qui en découlent.

À ce jour, plus de 30 pays africains ont souscrit des polices, et 3,2 millions de personnes ont été aidées. Pour participer au programme ARC, les pays doivent se soumettre à un travail de renforcement des capacités et disposer de certificats de bonne conduite valides, qui confirment qu’un pays a effectué le travail technique nécessaire pour participer aux pools de risques ARC.

Déclare Lesley Ndlovu, PDG d’ARC Limited : “Le mécanisme d’assurance d’ARC Limited soutient la mise en œuvre de la politique et de la stratégie nationales de gestion des risques de catastrophe, en particulier la promotion de la résilience financière aux risques climatiques.

“Notre objectif, en travaillant avec les États membres pour fournir une assurance contre les risques de catastrophe, vise à promouvoir la résilience et à fournir une protection financière à la population vulnérable lorsque des périls surviennent.”

Contrairement à d’autres pools de risques, le mécanisme ARC lie étroitement la couverture financière des risques de catastrophes à un système d’alerte précoce et à des plans d’urgence anticipés devant être adoptés par les pays participants, ce qui améliore considérablement leur résilience face à la menace des catastrophes naturelles. À mesure que la crise climatique s’intensifie, cette mesure est nécessaire pour gérer la menace croissante de catastrophes naturelles en Afrique. L’ARC est en train de mettre au point de nouveaux produits pour se prémunir contre d’autres risques — inondations et épidémies — en complément des produits existants (sécheresse des cultures, sécheresse des parcours et cyclones tropicaux) qui sont déjà sur le marché.

Le groupe ARC comprend l’Agence ARC, une agence spécialisée de l’UA, et ARC Ltd, la filiale financière du groupe. Ensemble, l’organisation aide les États membres de l’UA à planifier, préparer et répondre aux effets négatifs du changement climatique.

FIN

[sources]

https://blogs.worldbank.org/climatechange/responding-faster-droughts-satellites-and-adaptive-social-protection-niger
https://earlywarning.usgs.gov/fews/product/56
https://www.fao.org/emergencies/countries/detail/en/c/161495/
https://www.bmz.de/en/development-policy/climate-change-and-development/climate-risk-insurance/59528-59528

--

--

--

Specialized agency of the African Union providing comprehensive sovereign disaster risk solutions to build capacity, climate resilience & food security.

Love podcasts or audiobooks? Learn on the go with our new app.

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store
African Risk Capacity Group

African Risk Capacity Group

Specialized agency of the African Union providing comprehensive sovereign disaster risk solutions to build capacity, climate resilience & food security.

More from Medium

The Index Method — Imperium

Blacksmith: How to craft equipment in Metarrior

Guide on Cybersecurity Maturity Model Certification (CMMC 2.0)

Student Loans: Assessing the Damage